Côme Devouassoux - Site officiel

Côme Devouassoux

Bienvenue sur mon site ;) !

Vous êtes sur mon site officiel qui est consacré à mes projets personnel, mon point de vue sur l’actualité informatique en générale et personnel en rapport avec mon domaine de compétences et à mon portfolio (que vous pouvez cliquez en-dessous de l’article) afin de partager mes connaissances avec vous.

Ce site fera l’objet de mise à jour régulière, ce qui permet une diffusion continue d’information que je vous à partager.

Je vous souhaite une bonne visite sur mon site.


Voir en ligne : Côme - Portefeuille de compétences

Entretiens avec Chantal Lebrument et Louis Pouzin sur les racines ouvertes

Si une entreprise désire posséder sa propre extension sans passer par le système lourd, complexe (...)

Chantal Lebrument : Entretiens

1. Pourriez-vous présenter le projet Open-Root de Savoir-Faire et son modèle économique. En quoi (...)

Louis Pouzin : "L’internet actuel pourrait bien partir en quenouille"

Louis Pouzin, polytechnicien, pionnier des réseaux et co-inventeur d’Internet, donne une (...)

Louis Pouzin : « Développer progressivement des DNS nationaux interconnectés »

Interview de Louis Pouzin pour le Club Parlementaire du Numérique.
Concernant Internet : (...)

Louis Pouzin: "Internet est bâti sur un marécage"

Pour Louis Pouzin, censurer la propagande terroriste sur la Toile est un leurre, destiné à (...)

La société

Open Root : Louis Pouzin, grand père d’Internet, veut révolutionner sa gouvernance

Concepteur du réseau Cyclades et coinventeur du protocole TCP/IP, Louis Pouzin est à l’origine d’Open Root, une solution alternative à celle de l’Icann qui pourrait bien révolutionner la gouvernance de l’internet…

Un vieil ingénieur français de 81 ans presque oublié de tous peut-il faire vaciller le “soft power” américain et son actuel contrôle de l’internet ?

Peu connu du grand public, Louis Pouzin est pourtant une légende. C’est à cet homme, aujourd’hui retraité, que l’État français avait demandé en 1971 de concevoir Cyclades, l’ArpaNet français.

Pionnier des réseaux de données, Louis Pouzin et son équipe avaient alors créé les datagrammes. Un protocole qui sera copié quelques années plus tard par Vinton Cerf et Robert Kahn, lorsqu’ils présentent en 1974 les protocoles TCP et IP, lesquels se répandront en quelques années sur l’ensemble des réseaux informatiques de la planète.

Le grand père d’Internet :

Cet octogénaire, qui a longtemps été membre de l’ISOC, l’Internet Society, entend toutefois peser sur l’avenir de sa création. Louis Pouzin est en effet à l’origine d’Open Root, une solution alternative à celle de l’Icann, et qui pourrait bien révolutionner notre gestion des noms de domaine.

Bien que l’internet soit public et décentralisé et qu’il ne dépende théoriquement d’aucun État, le réseau reste sous le contrôle de l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), une organisation américaine qui est chargée depuis 1996 de relier les noms de domaine (assigned names) et les adresses IP (numbers).

Concrètement, c’est l’Icann et ses nombreux affiliés (l’Afnic en France) qui contrôlent les serveurs racines d’Internet et qui permettent aux 2 milliards d’internautes de retrouver en quelques clics leur chemin sur les millions de serveurs hébergeant des données sur le réseau des réseaux.

Bien qu’il ait assoupli sa position cette année, l’Icann a longtemps imposé un alphabet américain (l’ASCII), inaccessible à des milliards d’êtres humains utilisant d’autres alphabets (russes, chinois, arabes, indiens, etc.) ainsi qu’un modèle économique contestable : la location des noms de domaine.

« L’Icann, monopole autoproclamé, prétend qu’il n’y a qu’une seule racine, dont Verisign assure le fonctionnement, par contrat avec le département du commerce (DOC) étasunien. Toute modification de cette racine doit être approuvée d’abord par l’Icann, puis par le DOC. En réalité il existe de nombreuses racines créées par d’autres organismes, pour permettre aux internautes d’utiliser des sites dont, pour diverses raisons, les TLD (Top Level Domain) n’existent pas dans la racine Icann, » explique Louis Pouzin.

Retrouvant la fibre gaulliste qui avait poussé la France à créer Cyclades, Louis Pouzin entend non seulement dénoncer le monopole et la vision américano-centriste de l’Icann, mais aussi concevoir une solution alternative.

Là où l’Icann est un monopole sous contrôle du gouvernement américain, Open Root n’entend être qu’une association (Eurolinc) sous contrôle des internautes.

Là où l’Icann impose principalement l’alphabet latin américanisé, Open Root propose le support de l’ensemble des alphabets et idéogrammes employés sur la planète.

Là où l’Icann propose la location des noms de domaine, Open Root opte pour la vente définitive du nom de domaine à un prix minime.

« Open Root, ce sont des racines indépendantes de l’Icann, donc du DOC, créées par des organismes privés, pour des utilisateurs refusés par l’Icann, ou bien refusant les conditions imposées par l’Icann. […] Un autre groupe est celui de citoyens de pays dont le ccTLD dans leur langue est contesté ou mis en sommeil par l’Icann, » poursuit Louis Pouzin, qui invite les internautes à abandonner les serveurs de noms de domaine de l’Icann au profit de ceux de sa propre solution.

Plutôt sympathique, l’initiative n’est toutefois pas du goût de l’Afnic, l’association française chargée des noms de domaine en .fr. « Nous accueillons avec intérêt toute initiative en faveur de l’innovation et de la concurrence. Néanmoins, il nous semble essentiel de garantir aux utilisateurs l’unicité des noms de domaine en usage. La multiplication des racines, bien que pouvant offrir de nouvelles fonctionnalités au cas par cas, est donc une voie sur laquelle nous ne souhaitons pas nous engager, » déclare Julien Naillet, en charge de la communication de l’Afnic.

Un problème juridique pour les marques :

Le monopole de l’Icann sur les serveurs racines garantit effectivement l’unicité des noms de domaines. Concrètement, il n’existe qu’une seule base de données associant un nom de domaine (Google.com ou Silicon.fr) à l’adresse IP du serveur hébergeant le site web. Mais cette unicité n’est elle qu’une illusion ?

Les partisans d’Open Root pointent au contraire la multiplication des extensions sous le contrôle de l’Icann et surtout la fuite en avant mercantile de l’organisation, qui propose de nouveaux domaines, les fameux .TLD libéralisés, à près de 200.000 dollars et dont le coût de location annuelle est de plus de 25.000 dollars.

Même si la solution Open Root ne séduit encore qu’une poignée d’internautes et qu’il est encore difficile de changer de serveurs de noms de domaine, Louis Pouzin relance en tout cas le débat sur la gouvernance d’Internet, un réseau qui relie désormais des milliards d’êtres humains, et bientôt des dizaines de milliards d’objets.

Note : cet article est tiré du site "Silicon" publié en 2012.

Ouverture de la rubrique "Société" pour "Open-root"

Aujourd’hui s’ouvre la rubrique "Société" pour "Open-root", cette rubrique sera consacré à l’actualité de la société elle-même (son fonctionnement, sa raison d’être ...) créée par Chantal Lebrument et Louis Pouzin.

En plus de son actualité, vous pouvez également visiter son site internet officiel pour en savoir plus.

Open-Root, choisissez votre extension de domaine

L’un des pères fondateur d’Internet Louis Pouzin, créé Open-Root, une start-up qui propose de créer des extensions sans limite de nom et surtout, sans passer par le gestionnaire mondial des noms de domaine, (l’ICANN).

Louis Pouzin avait mis au point le réseau Cyclades, un concept de réseau informatique décentralisé utilisant un système de transmission par paquets. L’idée a été abandonnée puis reprise par Vinton Cerf et Robert Kahn pour créer Arpanet, ancêtre d’Internet.

Aujourd’hui, l’homme de 83 ans regarde avec méfiance le contrôle américain exercé sur le réseau à travers l’Icann. Défenseur d’un Internet libre et ouvert, il a été décoré par la Reine Elizabeth en même temps que Tim Berners Lee, Vinton Cerf, Robert Khan et Mark Andreessen, en mars, pour sa contribution à la création du World Wide Web en 1989.

Contre l’hégémonie de l’Icann

Le principe d’Open-root est simple, vendre des Top Level Domains (des extensions de premier niveau) en laissant le choix au client de son propre nom. En cas de doublons, un élément est rajouté pour les distinguer, lui aussi au choix de l’utilisateur. Et ce, dans toutes les langues et tous les alphabets. « Notre solution a une vocation internationale et ne se limite pas au seul alphabet américain qui nous a été imposé par l’Icann… Imaginez qu’une entreprise possède l’annuaire téléphonique mondial et qu’elle n’inscrive que les gens qui lui conviennent. C’est ça l’Icann ! Mais il y a d’autres annuaires qui ne sont pas officiels… qui utilisent l’Internet sans passer par l’Icann.»

En somme, un modèle économique innovant et une nouvelle idée d’internet avec une mise en route simple et rapide. Côté serveurs, Open-root n’est pas en reste avec plus de 20 serveurs à travers le monde (dont l’Allemagne et la France). Les tarifs varient entre 200 et 10 000 euros (pour 5 zones).

Se laisser tenter par les racines ouvertes

Open-root affiche de nombreux atouts :

  • Une offre est simple et pragmatique : pas de dossier complexe à remplir et un accompagnement du client.
  • Une vente ferme, sans budget récurrent. Une fois achetée l’extension appartient au client.
  • Les extensions choisies par les clients sont gérées par eux comme ils l’entendent (par exemple, à l’aide d’un logiciel en Open Source (DNS Manager)).
  • Les réseaux proposés par Open-Root proposent une facturation modulable. La tarification varie en fonction de la localisation du client et de la couverture géographique de son réseau de serveurs.

Open-Root en interne

Utilisé en interne, l’extension Open-root permet aussi d’intégrer facilement de nouvelles structures (fusion-acquisitions) : plus de grands chantiers de refonte réseau, un plan de nommage coherent, un environnement intuitif…pour les PME, Open-Root peut ainsi remplacer la création d’un intranet, sans DSI dédié en interne.

La start-up signe la fin du choix par défaut. Plus qu’une solution alternative, Louis Pouzin reste en ligne avec ses precepts : internet doit être gratuit, libre, égal pour tous.

L’internet est un Far West

Pour le fondateur, l’internet d’aujourd’hui s’est transformé en « Far West ou en Chicago des années 30. « Il va falloir un certain nombre d’années pour passer de « Chicago » à la vie normale. Ca peut peut-être aller plus vite aujourd’hui, mais pas en mettant un policier derrière chaque ordinateur. La NSA considère que tout le monde est potentiellement suspect, mais à ce jour elle n’a pas arrêté un seul terroriste grâce à cette surveillance qui dégénère. »

“Je n’ai pas de smartphone j’ai un téléphone… J’utilise mon téléphone uniquement pour téléphoner et les SMS. J’ai eu une tablette. Avoir des autorisations d’Itunes pour transférer mes fichiers m’a paru totalement totalitaire alors je l’ai revendu, » confie-t-il à 01netTV.

Note : Cet article est tiré du site d’information "It Nation".